Accès membre

/medias/image/8537391815b914d86ec85e.png


Point de contact à Paris : David Brown Brulant (1994)

L’attrait majeur du pays
L’Australie est près de l’Asie d’un point de vue géographique et économique : Dynamisme, entreprenant, croissance, avenir... Aussi diversité économique basée sur ressources (minéraux partout), agriculture et services. Connexion à l’Asie mais néanmoins :
Européen du pacifique : Culturellement différent mais pas trop, langue abordable (anglais ou assimilé), ouvert et accueillant, relax, peu de traditions établies (et pesantes), densité humaine (famille), grandes villes pas encore étouffantes plus plages et déserts...

Raisons pour s’y installer
Difficultés Une seule : L’éloignement
Géographique : Près de l’Asie = 8 heures d’avion de Melbourne à Singapour. Sydney Paris 26 heures. Problème si attaché à famille et amis, même si Skype, etc. Beaucoup de centraliens en Australie sont régionaux d’origine ou d’adoption (e.g. calédoniens ou tahitiens ou marié localement). Aussi taille du continent qui rend networking entre centraliens plus difficiles ( Melbourne-to-Brisbane 2.000 km, Sydney Perth 4.000 km).
Culturel : Monde anglo-saxon et économie libérale. Ingénieur français inclassable, plus diplôme Centralien inconnu et de toute façon, constamment jugé aux résultats. Faire ses preuves (cas personnel : 7 mois à chercher du boulot en 1996 et doublé mon salaire en 2 ans une fois dans la place). Pragmatique : Don’t overthink it, give it a try, même si prise de risque parfois plus grande, coté professionnel et personnel.

Un conseil à donner de Centralien(ne) à Centralien(ne) sur le pays
Tentez l’aventure, prenez le risque, mais en connaissance de cause car tout ne sera pas forcément facile. Expatrié pour commencer le plus sûr mais si pas possible 200.000 nouveaux immigrants par an (foncez à l’ambassade pour les formalités). Résultat ? 80% arrivés en expatrié ou étudiant contre 20% en immigration, et seul 1/4 des centraliens en Australie ont prévu de rentrer en France dans quelques années. Essayer c’est l’adopter...

Quel avenir pour le pays ?
Economie libérale donc moins de protection et plus de risque. Difficile de comparer avec la France ou l’Europe en ce moment, mais noter 5% de chômage, dette publique de l’ordre de 20% du PIB (0% en 2007), croissante PNB entre 3 et 4%. Avenir toujours incertain et à construire, mais pas mal d’atouts naturels, plus stabilité politique, dynamisme et optimisme.