/medias/image/8537391815b914d86ec85e.png
Richard CLEAZ-SAVOYEN (2003)

Nous contacter

71 Centraliens recensés, 65 actifs, 5 retraités et 1 étudiant
Professeurs - Consultation - Jeux vidéo - Informatique - Génie-conseil - Construction - Aluminium -
Aéronautique - Cosmétique - Télécommunications ...
1 Élu à la Société Royale du Canada
Identifier et regrouper les diplômés de Centrale Paris pour s’entraider
Promotion de l’École et de sa formation (entre autres, reconnaissance du diplôme)
Gouvernements québécois et français, organismes réglementaires, universités, entreprises
Participation et contribution à la communauté française au Québec
Participation au Comité consulaire pour l'emploi et la formation professionnelle
« Avant-garde » / base locale pour l’École et les élèves-ingénieurs
« Avant-garde » / base locale pour les Centraliens en affaires

L’attrait majeur du pays 
Qualité de vie personnelle et professionnelle
Pays riche et immense, économiquement et politiquement stable, diversifié
Marché ouvert en termes de flux commerciaux et d’investissements étrangers
Québec veut attirer professionnels francophones pour combler 500 000 départs à la retraite d’ici 2013
Facile de se lancer en affaires mais la compétition est féroce

Raisons pour s’y installer 
Rejoindre une âme soeur
Prendre ses distances de la France
Vivre une expérience internationale (affectation ou aventure)
Y passer plus de 3 ans rend le retour en France plus difficile
La tarte au sucre, la poutine, pelleter l’hiver, suer l’été, la double imposition, ...

Un conseil à donner de Centralien(ne) à Centralien(ne) sur le pays
Faire preuve d’humilité pour assimiler nouvelles règles de vie (même si en français au Québec)
Se préparer à baisse de niveau au début, à réorientation de carrière ou à partir en régions éloignées
Diplôme non reconnu, seules l’attitude, la contribution perçue et l’expérience (travail, stages, bénévolat) comptent
Ordre(s) professionnel(s) pour permis de travail et titre: $$$ + « ingénieur junior » au départ
Réseauter et d’abord contacter le groupe des Centraliens au Canada, des « bi-culturels » avec réseaux établis

Quel avenir pour le pays ?
Seulement limité par la disponibilité de ressources humaines