Accès membre

/medias/image/8537391815b914d86ec85e.png
Xiuping PI (2007)
Président

L’attrait majeur du pays 
c’est l’équilibre, l’équilibre atteint entre sa longue et riche culture et la modernisation, entre le communisme et le capitalisme, entre la priorité accordée à la stabilité et l’énergie qui se dégage pour avancer.
Et en même temps, le mouvement qui nous entraine à aller au bout de nous-mêmes, et nous pousse à progresser.
En comparaison avec l'Europe, la population chinoise est naturellement plus optimiste, plus portée à voir les choses d'une façon positive, et à chercher à en tirer le meilleur parti plutôt que de se plaindre de ses aspects sombres. Cette façon de penser rejaillit sur l'ambiance générale, tant dans le milieu professionnel que dans les relations sociales et amicales.

Raisons pour s’y installer 
Même si l'économie connaît actuellement une baisse relative de son taux de croissance, le potentiel économique reste très solide en raison de la taille de la population et de ses besoins croissants, et aussi de l'intérêt naturel que portent les Chinois à la nouveauté, comme consommateurs et aussi comme partenaires commerciaux.
Les raisons de s’installer en Chine paraissent si évidentes que j’aborderai plutôt les raisons de ne pas s’y installer :
du coté professionnel, le travail est ultra-prenant, nous sommes extrêmement sollicités, d’autant plus que les sociétés sont en forte croissance et donc sous staffées ;
si vous cherchez le sable et les palmiers, la Chine n’est pas idéale comparée à beaucoup d’autres pays asiatiques, le climat n’est pas génial en particulier l’été est difficile à supporter ;
la pollution est une réalité contre laquelle le gouvernement se bat avec difficulté et peut-être un certain manque de conviction ;
les libertés sont parfois bafouées et nous devons nous retenir de dire ce que nous pensons si nous voulons éviter les problèmes ;
beaucoup de chinois sont très nationalistes à nous faire fréquemment hérisser les poils.
Néanmoins nous sommes près de 400 centraliens français à avoir choisit de résider ici (plus à peu près autant de Centraliens chinois forment avec nous le groupe des Centraliens de Chine), en majorité assez jeunes, souvent en couples mixtes. Et peu envisagent de repartir. C’est sans doute que les raisons de ne pas y venir ne sont pas si insurmontables ! .

Un conseil à donner de Centralien(ne) à Centralien(ne) sur le pays
La barrière culturelle est encore plus importante que ce que l'on peut imaginer en lisant les ouvrages pourtant nombreux consacrés au sujet, et elle est d'autant plus pernicieuse qu'elle n'est pas visible immédiatement car très fortement ancrée dans les valeurs et croyances de cette civilisation multimillénaire. Apprendre la langue et se lier d'amitié avec des locaux (les deux choses étant d'ailleurs étroitement complémentaires) peut aider à la surmonter.
Venez sans préjugés, ne cherchez pas à devenir chinois, soyez vous-mêmes, découvrez patiemment et appréciez les différences culturelles, vous redécouvrirez ainsi vos propres racines.

Quel avenir pour le pays ?
Le danger majeur qui guette la Chine est la dégradation rapide de son environnement, qui peut finir par coûter plus cher que ce que rapporte l'expansion économique. Le diagnostic est souvent compris et partagé par l'élite, mais les solutions à y apporter ne font pas l'objet d'un consensus à ce jour. Si une politique plus respectueuse de l'environnement devait voir le jour, les fondamentaux du pays (santé, éducation, stabilité politique, infrastructures, R&D, évolution du positionnement dans la chaîne internationale de valeur...) garantiraient une poursuite de l'expansion à un rythme soutenu.
Il y a 30 ans quand j’arrivais en Chine je n’aurais jamais imaginé qu’elle serait comme elle est aujourd’hui et personne, vraiment personne ne me l’avait prédit non plus, alors je ne me lancerai pas à faire une prévision pour les 30 prochaines années. Je laisse simplement la parole au futur premier ministre chinois LI KEQIANG (discours à Pékin en mars 2012) : « La Chine de demain sera plus intégrée au monde, plus innovante, plus attentive aux besoins de sa population. Un commerce extérieur équilibré, une concurrence internationale équitable, une prise de décisions orientée par le marché doivent être recherchés. »
Si vous avez lu le numéro spécial Chine dans la revue Centraliens de Janvier 2012, j’espère que vous aurez compris le message que nous avons voulu y faire passer : la Chine est solidement gouvernée avec une vision à très long terme ce qui est suffisamment rare dans le monde pour être confiant sur l’avenir de la Chine.