/medias/image/8537391815b914d86ec85e.png
Retour aux actualités

Un 60ème anniversaire "Hexaltant"

24/02/2019

Bulletin_01 (Copier)Après les 40èmes Rugissants, les 45èmes Enflammants, les 50èmes Jubilants, les 55èmes Carillonnants nous nous devions de célébrer brillamment les six fois dix ans de la Promo par une fête « enthousiasmante à la puissance six » : ce furent donc les « 60èmes Hexaltants » et tant pis si Vaugelas se retourna six fois dans sa tombe. Le programme se devait d’être très centré sur notre appartenance au monde des Centraliens ; il devait aussi être attractif et joyeux, sans austérité, modulable selon les souhaits de chacun ; il devait, enfin, ménager nos capacités physiques

C’est ainsi que la Promo les 8 et 9 novembre installa, son camp de base sur le Renoir, magnifique bateau de croisière fluviale amarré quai de Grenelle à deux pas de la Tour Eiffel.

Jeudi 8 novembre après-midi, nous avions rendez-vous avec le nouveau campus de l’École, pièce maîtresse de l’Université de Paris Saclay. Nous y attendait Nathalie Bousseau, directrice de la Fondation CentraleSupélec, qui, dans son exposé d’accueil, décrivit à grands traits la nouvelle École CentraleSupélec. A son tour, Romain Soubeyran, récemment nommé directeur général de CentraleSupélec, successeur d’Hervé Biausser, situait l’École dans son contexte, en détaillait les perspectives, les ambitions et aussi les défis. 

Bulletin_04 (Copier)La visite, commentée par Sandrine, Élodie et Caroline de la Fondation, est venue donner corps aux exposés initiaux. Accompagnés aussi par six élèves-ingénieurs, nos trois groupes ont découvert, curieux et impressionnés, les bâtiments Bouygues et Eiffel.

Que de chemin parcouru depuis notre école de la rue Montgolfier, la maison des élèves de la rue de Cîteaux ! « La visite de l’École aura été empreinte d’une part d’émotion au contact de cette jeunesse qui prend (et comment!) notre place et d’autre part par l’aspect grandiose et novateur de ces deux bâtiments, Eiffel et Bouygues, qui honorent deux prestigieux anciens et qui font comprendre aux jeunes que l’enseignement d’antan permettait aussi de faire de grandes choses » (Charles Costa). En quelque sorte, la formation d’aujourd’hui dans la continuité de l’excellence passée. La sculpture de Félix, la Pensée Créatrice, trônant au milieu du campus est un beau symbole de cette continuité.

La Promo a tenu à marquer sa visite-anniversaire par un don de 4000€ à la Fondation CentraleSupélec qui l’affectera au fonds consacré aux bourses. Il rejoindra, symboliquement, les dons collectés auprès de la promotion 2018.

Bulletin_03 (Copier)Jeudi soir: Retour quai de Grenelle après la galère des embouteillages et embarquement sur le Renoir où nous attendent cocktail et dîner de gala en mini-croisière dans Paris.

Après son discours habituel en de telles circonstances, Jean Claude Allanche accueillait notre invité d’honneur Hervé Biausser par ces mots :

« Cher Hervé, pendant quinze ans tu as porté, d’un bout à l’autre, le projet fou de transformer l’École Centrale et d’en faire un acteur majeur de l’enseignement supérieur français à l’échelle mondiale.

 J’ai envie de dire que tu as été, dans cette aventure, 

– un entrepreneur qui a prolongé et enrichi l’œuvre de tes prédécesseurs, les Baron, les Gourisse ….

– un innovateur en bousculant les cursus, en étendant les coopérations internationales et les doubles diplômes, en intégrant la vie des étudiants, en décloisonnant enseignement et recherche (il faut se souvenir du projet Ariane!).

– et tu as été un leader d’équipes efficaces et déterminées au-delà même des cercles centraliens. Permets-moi un clin d’œil !

Ton parcours a été parsemé d’obstacles et d’écueils …. voire de moulins à vent.

Comme le héros de Cervantès, tu as poursuivi une ÉTOILE.

Hélas pour don Quichotte, elle demeura son « INACCESSIBLE ÉTOILE ». Lui n’était ni entrepreneur, ni innovateur, ni leader ! Toi tu as su atteindre ton ÉTOILE parce que tu l’as construite.

Alors, cher Hervé, parle-nous de ton étoile. »

L’exposé d’Hervé Biausser, illustré de nombreux tableaux, est venu apporter les clés de compréhension de ce que la visite de l’après-midi nous avait montré physiquement, un campus au service d’un projet éducatif.

Les nourritures terrestres du dîner de gala vinrent excellemment compléter les nourritures intellectuelles reçues dans la journée, avant le retour chez soi ou la nuit en cabine à bord du Renoir.

Bulletin_02 (Copier)Vendredi 9: Pour notre déjeuner de séparation, la Tour de notre grand ancien s’imposait, au restaurant du premier étage appelé « Le 58TE » (cela ne s’invente pas, le piano du chef est à 58m au dessus du parvis!). La vue sur le Trocadéro était somptueuse sous le soleil qui nous a accompagnés tout au long de ces deux jours.

Les nombreux mails, courriers, appels en tout genre reçus depuis vont droit au cœur de vos délégués conscients et fiers de la belle réussite de notre manifestation. La chaleur des retrouvailles a été impressionnante !

Au total nous aurions pu être 75 participants ; nous étions, in fine, près de 65 à Saclay et au dîner, 26 pour la nuit à bord et 51 à la Tour Eiffel.

N’oublions pas ceux qui auraient bien aimé venir, nous l’ont dit mais ont dû renoncer.

Il y a ceux qui se sont inscrits puis ont été obligés d’abandonner, certains ayant gardé espoir 

Jean Claude Allanche et Jean Martin, délégués de la promo 58


139 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Merci de te connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés